Beaucoup de colle

spectacle

Production : Lanicolacheur et La spirale de Caroline

Conception : Olivia Grandville et Xavier Marchand

Avec : Hubertus Biermann, Yves-Noël Genod, Frédéric Gies, Camille Grandville, Olivia Grandville, Xavier Marchand, Alain Michard et Annabelle Pulcini

Lumière : Marie Vincent / Son : Francis Maillé / Film réalisé par Tim Mendler

Diffusion : Centre Georges Pompidou, CDN Le Cargo / Grenoble, Théâtre des Bernardines

Photographe : Jean-Marie Legros

Si l’on connaît l’oeuvre picturale de Kurt Schwitters, si les poètes concrets ou sonores le tiennent pour un précurseur, on sait moins la place que donnait l’artiste de Hanovre à ses écrits.

Très peu d’entre eux sont traduits en français.

Certains ont servi de matière textuelle et musicale au spectacle que nous avons créé en 1993 : le K de E, pièce pour danseurs et comédiens.

Le travail réalisé au Centre Georges Pompidou, dans le cadre de l’exposition Schwitters, repose sensiblement sur le même principe : présenter un éventail des genres textuels du créateur de Merz, en partant de la prose, puis de la poésie tendre vers les formes les plus abstraites.

La structure même de ces textes : récits, saynètes, poèmes typographiques ou sonores, voire même écrits théoriques, contiennent presque en eux-mêmes leur représentation orale, théâtrale ou simplement chorégraphique ; Schwitters se produisait souvent lors d’événements.

A l’instar de ses oeuvres picturales, se retrouvent les mêmes procédés : l’assemblage, l’accumulation, le collage, le recouvrement, l’utilisation de matériaux hétéroclites, les nombreuses redites (Anna Blume apparaît dans les textes comme dans les tableaux, Anna Blume poème-affiche traverse la foule vociférante du Printemps filiforme, Anna Blume se décline) et le caractère provoquant de ces textes énerve, étonne, quand ils ne tournent pas en pensées folles, en non sens orchestré selon de strictes principes rythmiques.