Lanicolacheur

La compagnie Lanicolacheur s’intéresse à un théâtre du langage, du verbe, s’appuyant généralement sur des écrits non-théâtraux. La poésie, l’histoire, l’ethnographie ou le politique sont autant de champs d’où émergent des formes théâtrales, elles-même traversées par de la musique, de la vidéo, de la danse, de l’opérette... Implanté à Marseille depuis une quinzaine d’années, Xavier Marchand met la parole et les langues au centre de ses dispositifs scéniques. Le travail s’articule autour de deux axes :

- la production de spectacles de facture « classique », tels que
Britannicus

et Bérénice de Racine, pièces présentées seules ou en diptyque en 2013-2014 , ou Il était une fois Germaine Tillion en 2010, en hommage à cette grande ethnologue, figure manifeste de la résistance.

- d’autres formes émanent de rencontres avec différentes communautés : arméniennes, vietnamiennes, comoriennes, arabes, avec des groupes de primo-arrivants, ou dernièrement, avec des Tsiganes : Rrom-romani, des travaux sont menés depuis 2012 sur la culture de la communauté Rom, tant décriée.

Quelque soit la proposition théâtrale, la compagnie réfléchit et imagine des propositions satellites (conférences, projections, expositions, lectures, rencontres) comme des passerelles visant une exploration transversale des sujets abordés.